Les Hymnes

Pas de match d’impro sans hymne, alors voici l’antique hymne de la FRIT (à chanter sur An Englishman in New York de Sting):


C’était tout au bord du bel estuaire,
Tout en regardant la mer,
En dégustant mon bon camembert ,
Je marchais le nez en l’air.
Des mouettes, des vagues, de la pluie,J’étais bien en Normandie,Dans mon ciré, j’avais plein de galets (Bis)C’était tout au bord de la grande zoneEt ça sentait pas l’ozone,Difficile de finir mon calva,J’ai regardé au loin là-basL’usine, la fumée, la suie,
Y’avait le pont d’Normandie,
Mon masque à gaz me rendait un peu naze (Bis)

 

L’hymne qui fait apparaitre Fritou, la mascotte de la FRIT, créé lors du déplacement chez les FBI de Londres

 (sur l’air de “Hakuna Matata”)
C’est l’histoire de Fritou
Le pingouin de la frit
C’est l’histoire de Fritou,
Il est cosmopoliiiite !
C’est pas un manchot,
Il vient du pays d’Caux,
Gonfreville ll’orcher
C’est sa cité,
C’est l’histoire de Fritou !

(sur l’air de “Starsky et Hutch”)
Il sent l’graillon !
Tatatatata
Il sent l’graillon !
Tatatatata
Tombé dans la friteuse tout petit il n’a plus jamais peur de rien !

(sur l’air de “L’aigle noir”)
Un beau jour,
Avec son grain d’folie,
Lors d’un match,
Fritou s’est endormi…
Quand soudain,
Le gazou à la main,
L’arbitre en blanc et noir
Brisa la patinoire !!

(sur l’air de “Pour un flirt”)
Réveille toi !
Déhanche toi !
Le public te tend les bras !
Pour un match
Avec **nom de l’équipe adverse**
Pour un petit tour
Equipe d’amour
Rien qu’avec toi
Tututututu
Pour un petit tour
Public d’amour

On compte sur toi !

Cet hymne a aussi été créé, sur l’air de Denver, le dernier dinosaure :

La FRIT, de Gonfreville l’Orcher,
Des impros qui vont vous épater,
La FRIT de Gonfreville l’Orcher,
C’est vingt ans de convivialité.

Partout où nous allons,
Les gens sont sidérés,
De nous voir improviser avec tant de brio.
Depuis la patinoire,
Juste sous les projecteurs,
On met dans votre vie,
Un peu plus de bonheur.

La FRIT de Gonfreville l’Orcher,
Des impros qui vont vous épater.
La FRIT de Gonfreville l’Orcher,
C’est maint’nant que ça va commencer !

Et maintenant, voilà un hymne qui va rappeler des souvenirs à certains de nos spectateurs les plus anciens…

REFRAIN (air : Oh when the saints) :

Et quand l’impro,
Et quand l’impro,
Et quand l’impro vous change de peau.
Les personnages sur la patinoire,
Vont vous raconter leurs histoires

COUPLET 1 (air : La boite de Jazz) :

J’arrive doucement et me v’là,
Au centre de la patinoire,
Histoire de réaliser, le rôle de ma vie.
(En chœur) Eh Gus, tu connais Shakespeare ? 
Par cœur, je connais par cœur…
(En chœur) Eh Gus, Molière et Racine ? 
Oh oui, je connais aussi
J’joue tous les succès de la comédie (Ho !!)
Tous les succès de la tragédie (non !!)
Becket et Feydeau
Camus, Ionesco
Et même Marivaux (OK OK OK)

REFRAIN

COUPLET 2 :
NB : on peut remplacer « Bill » par « Jane » si le joueur est une femme.

J’arrive doucement et me v’là,
Au centre de la patinoire,
Histoire de réaliser le duel de ma vie.
(En chœur) Eh Bill, t’as un beau chapeau
Merci, c’est sympa merci
(En chœur) Eh Bill, t’es fort au lasso ? 
Oh oui, même au rodéo
J’joue tous les succès d’Ennio Morricone (Ho !!)
Tous les cowboys dans tous les saloons (No !!)
Je bois du whisky
Je pille les indiens
Je tue le shérif (OK OK OK)

REFRAIN

COUPLET 3 : 

J’arrive doucement et me v’là,
Tract au ventre mais cœur pour toi,
Histoire de t’émouvoir le reste de ta vie.
(En chœur) Eh Chou, tu m’fait frissonner
Oh oui, faut t’laisser aller
(En chœur) Eh Chou, tu vas m’faire pleurer
Oh oui, ça, j’en ai envie
J’joue tous les aspects de mes émotions (woo !!)
Tous les excès de mes sensations (oh !!!)
De mes pulsations,
De toutes mes passions (OK OK OK)

DERNIER REFRAIN :
Et quand l’impro,
Et quand l’impro,
Et quand l’impro vous change de peau,
Les personnages sur la patinoire
Vous ont raconté leurs histoires.

En espérant qu’il y en ait d’autres… On vous attend pour chanter avec nous.
A bientôt.